GOOD BYE TO BLACK MESA

((au revoir Black Mesa)

Au matin du 6 mai 2000 le combat était terminé pour Alan Green. L’air frais du matin soufflait dans le visage du Dr. Green et le faisait greloter. Les fatigues et les douleurs d’un si dur jour laissaient des traces. Ses vêtements portaient les traces de son sang et de celui de ses ennemis. « Black Mesa n’a pas réussi à valider les tests de sécurité » pensa-t-il . Soudain tout se fit calme, le bruit des moteurs de l’appareil se fit plus silencieux….et Alan Green perdu toute notion du temps. Il s’endormit épuisé et ne se réveilla qu’à l’atterissage, sur une base militaire de l’Utah. Elle appartenait à un régiment de commandos et avait été créé en cas de crise grave. Des infirmiers y soignèrent le Dr. Green et pansèrent ses blessures sans lâcher un seul mot cependant. Le monde continua à vivre comme si de rien n’était après l’incident (et la destruction) de Black Mesa. Après la publication de son ouvrage, le Dr. Green attira de nouveau l’attention de mystérieux commettants sur lui. Commettants, qui en effet, s’étaient toujours tenus en retrait, mais qui du reste dirigeaient ces mystérieux « Black Ops » pour le compte du gouvernement. La soi-disant disparition du Dr. Green fut organisée pour le protéger lui et sa femme et ils furent emmener dans une ville à l’abri de tout danger. Là bas, le Dr. Green y recommenca une nouvelle vie. Alan s’était décidé de lui-même pour ce nouveau travail, mais en réalité il n’avait pas vraiment le choix. Elisabeth Green fut retrouvée morte quelques temps après. Elle s’était fait tuée par une créature extraterrestre alors qu’elle s’était éloignée de la ville dans laquelle elle se trouvait pourtant en toute sécurité. Elle cherchait alors des informations sur le nouvel emploi de son partenaire dont elle ne savait rien. …“

COSMIC PROPHECIES  

(prophécies cosmiques)
 

4 ans plus tard : les hommes vivent dans leurs villes un peu partout alors que le chaos règne au dehors. La tragédie du Nouveau Mexique a laissé derrière elle des traces et chaque homme sait maintenant que l’ambiance angoissante qui règne n’est que le début d’un changement d’état qu’est en train de vivre le monde. Ainsi donc continue se déroule les mois et années alors que les habitants de Xen cherchent refuge sur la Terre. Les portails se sont agrandis et permettent la téléportation de la nation Xen et de sa faune tout entière. Ce que personne ne savait mais que quelques uns avaient prévus, c’est que les portails se sont stabilisés et que les habitants de Xen ne viennent plus seulement par ces portes mais aussi au moyen de vaisseaux spatiaux. Certains hommes s’attendent donc au pire, d’autre essayent d’empêcher que le plus grave se produise. Alan Green vit donc dans une ville de l’Arizona, où il est difficilement perceptible de voir que le monde se métamorphose. Ici tout le monde est en sécurité et les choses suivent leurs cours à peu près normalement. Là-bas Alan et ses collègues continuent de travailler pour leur mystérieux commétant et de ce fait, en savent beaucoup plus que le reste de la population. Quelques temps après Alan Green revit cette image effrayante entrapercue lors de sa téléportation. Il réalisa d’un seul coup que cette ville en flamme était se qui allait se produire. Ca n’avait pas été une illusion mais bien le destin cruel qu’il avait vu. La téléportation avait envoyé Green dans un autre dimension temporelle et ses suppositions se confirmèrent alors qu’il se rappella une discussion entre collègues à propos d’une théorie qui semblait à première vue invraisemeblable mais qu’il fallait prendre au sérieux…. A l’aube du 5 mai 2000 alors que se déroulait l’incident de Black Mesa, une prophétie se réalisait, annonçant que ce jour marquait le début d’une grande tempête intersidérale.

 

A 03h58 exactement dans le Nouveau-Mexique se déroulait conformément à la prophécie l’alignement des planètes de notre système solaire : Mercure, Venus, Terre, Mars, Jupiter, Saturn (ainsi que la Terre et la Lune). Les astrologues prévoyaient des déluges, tremblements de terre et autres éruptions volcaniques résultants de la force conjuguée des 7 corps célestes alignés, ce qui mettrait en danger l’équilibre de la Terre. L’alignement ne signifierait pas pour autant la fin de la fin du monde mais permettrait à une force extra-terrestre de mettre en route un processus de destruction de la Terre qui réduirait la race humaine au rang d’esclave. Ces conditions cosmiques particulièrement bonnes permettraient au Cartel de donner le signal de l’attaque : le choc des mondes Terre et Xen allait suivre.


TIMEFRAME OF WAR 

(temps de guerres)


Les actions menées par les extraterrestres furent aidées par la résonance en cascade dans Black Mesa et l’établissement de portails entre les 2 mondes. Wallace Breen, administrateur de Black Mesa, avait devant lui un large créneau pour déclencher la cascade en résonnance. Le meilleur moment était cependant tôt le 05 mai 2000 à 3h08 mais la communauté scientifique ne put débuter l’opération que 5 heures après.
Après que la première étape fut franchie pour le Cartel, celui-ci devait maintenant préparer la suite des événements. La théorie si invraisemblabe proposée par Alan Green et ses collègues prétendait que le passage de la planète Venus entre le Soleil et la Terre jouerait le rôle de la fenêtre temporelle.

Le soir du 7 juin 2004 à 23h19 exactement dans l’ état fédéral d’Arizona se déroulait une tempête dans les portails. La fenêtre temporelle choisie par le Cartel était pour la planète tout entière le début du transit de Vénus à 6h23, heure à laquelle aurait lieu le début des combats sur tous les continents. Après 7h de combats acharnés, laissant le monde à feu et à sang, la résistance de toutes les armées fut brisée. L’humanité devait capituler sans condition.

 

 

7 juin 2004, 23h10: Jack quitta la pièce sans rien dire. Il savait, tout comme Alan et Bryan, ce qui allait se produire.« Si notre théorie s’avère vraie, alors nous allons tous mourir » déclara Bryan d’un air sarcastique. Alan dévisagea Bryan calmement et mordit sa lèvre inférieure. Il croisa ses bras et s’appuya contre le mur, d’un air déçu et considéra le sol d’un air grave. « Qu’aurions nous pû faire d’autre » demande Bryan, mains dans les poches, en regardant par la fenêtre, la ville illuminée. « Il n’y a plus d’espoir, c’est notre destin. Si l’on croit notre théorie, alors il n’y a pas d’échapatoire possible ». Bryan, nerveux, se dirigea vers le centre de la pièce, où se trouvait un ordinateur portable sur une table ronde. Il appuya sur une touche « Tu vois » dit-il à Alan en tournant l’ordinateur dans la direction de celui-ci «encore 7 minutes d’après le compte-à-rebours » Alan était lui aussi nerveux « avons-nous reçu un mail ? » Bryan lanca le programme de messagerie et répondit presque aussitôt « rien, ils n’y parviendront plus maintenant ». Alan et Bryan était les derniers employés de leur organisation qui se trouvaient encore dans ce bâtiment. Ils avaient encore de l’espoir car leur commettant leur avait déclaré qu’on viendrait les chercher avant la fin du compte-à-rebours. Une fuite à pied avant que la bataille n’éclate, n’était même plus envisageable. Les autres collègues de Alan et Bryan avaient été mis au courant mais il n’avait pas été possible pour les 2 hommes de les persuader. Pourquoi donc ? Les villes étaient les lieux les plus sûrs, la surveillance militaire aux abords des villes était particulièrement sévère. Le couvre-feu était imposé chaque soir et les habitants avaient ce qu’il fallait pour vivre. Où auraient-ils pû aller? De plus cette théorie de l’invasion se basait s’une part sur des faits quasiment secrets de 2000 et d’autre part sur les visions quasi-incrédibles de Alan. « encore 4 mins Alan, je me tire, je n’en peux plus ! » déclara Bryan. Alan essaya de le retenir : « où veux-tu aller, reste ici ! Ils vont venir nous sauver ! » Bryan n’en pouvait plus, il savait pertinement que personne ne viendrait à leur secours. « Ecoute, il y a un vieux bunker. Si nous courons, nous seront sauvé. » Bryan sorti précipitemment de la pièce, la porte claqua laissant Alan Green seul dans un silence complet. Soudain une voix électronique brisant ce silence annonca : « Incoming Message ». Alan se rua plein d’espoir en direction de l’ordinateur et lança la messagerie. Un peu déçu mais le visage éclairé par l’espoir en lisant les lignes, il cria : « Dehors tout le monde, Donnez vous à fond, le salut est au Nord !! » Le compte-à-rebours avait franchi la barre des 2 minutes et Alan réalisa que tout reposait sur lui maintenant.

 

                                                                                                                                 collided.

by Organic700 (Kim M. Gräfe)